12 juillet 2010

FRAICHEUR ET CANICULE

 

 

 

 

De la fraîcheur tout au long de la côte atlantique, de la bruine à Sidi-Ifni et à Tan-Tan, nous avons dormi sous la couette jusqu'à Dakhla, pays de sable et de vent... Au-delà, la Mauritanie n'était pas inscrite à notre voyage, mais il faut savoir que depuis peu les visas sont délivrés à Rabat uniquement. Demi-tour pour nous à Dakhla après 6203 kms de routes diverses à travers la France, l'Espagne, le Portugal et le Maroc. Nous remontons jusqu'à Guelmin (Goulimine), la route est souvent droite, le paysage désertique, parfois monotone. Attention aux camions et aux autocars. Il faut doubler ou croiser avec la plus grande prudence, l'un des deux véhicules devant mordre dans le bas-côté. Quelques pistes descendent jusqu'à la mer, parfois vers des petits paradis... Des haltes reposantes avec le souffle frais du plus bel océan du monde... A Guelmin, cap à l'Est, nous abandonnons le bel océan pour rencontrer une bonne canicule, du côté de Tata (52° celsius). Oasis, désert, parfois l'impression de marcher sur la lune. Trop chaud pour s'enfourner dans un cyber, et vous envoyer des images, même si on vous aime beaucoup. Mais des images, nous en avons à moisson et à foison, c'est notre petit trésor de voyage, nous sommes comme des enfants au pied de leur sapin de juillet... Vous aurez votre part, chers blog-trotteurs fidèles, chers poètes, chers artistes, et chers voyageurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abderhaman, mauritanien, berger du désert marocain, ne se sépare jamais de son transistor, pour vibrer avec le Ghana, dernier représentant de l'Afrique au Mondial.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le désert, c'est encore plus fabuleux lorsqu'il longe le plus bel océan du monde.

ThierryKarine

*****

*

Posté par chiloedream20 à 00:12 - Permalien [#]