MAROC 2010 - DE ESSAOUIRA A L'OUED NOUN

07 juillet 2010

CAMPING LE CALME

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n'y a pas que des sardines à Essaouira...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

13 kg de pastèque à la cuillère à soupe, nous l'avons fait, en trois fois.

Merci à notre petit frigo Electrolux Trimix.

 

 

 

 

 

La pastèque, 99% d'eau, cela aide à garder la ligne.

 

 

 

 

 

A Essaouira, nous avons séjourné dans l'excellent Camping "LE CALME".

 

 

 

 

 

Après l'animation du Festival Gnaoua dans la ville, nous avons apprécié l'accueil, la piscine, les douches chaudes, la machine à laver, les délicieux tajines, les petits déjeûners dans le patio avec le murmure de la fontaine, et l'ombre douce des arganiers...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Camping LE CALME à 15 km d'ESSAOUIRA.

GSM 061 53 04 13  /  061 81 16 16

E-mail : lecalme@menara.ma

campinglecalme@yahoo.fr

 

 

 

Posté par chiloedream20 à 23:58

08 juillet 2010

CAP GHIR

 

 

 

 

Un petit coup d'éponge avant de continuer notre route vers le Sud.

Nous quittons presque à regrets notre beau camping LE CALME à Essaouira. Cap sur le Cap GHIR.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La bague d'argent du captain a été offerte à Rabat par Si Mohamed.

Nous voilà fiancés tout au long de notre route vers le Sud,

le long de l'Atlantique,

de Rabat aux vagues du Cap Ghir...

 

 

 

 

Posté par chiloedream20 à 00:00
09 juillet 2010

OUED MASSA

 

 

 

 

 

 

Pour trouver l'Oued Massa, pas besoin de GPS :  à une petite cinquantaine de kilomètres au Sud d'Agadir, on tourne à droite jusqu'à l'Océan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les grains de quartz du sable, cela peut flotter sur l'eau.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rare IBIS CHAUVE nidifie dans le Parc Naturel de l'Oued MASSA.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les IBIS CHAUVES se rapprochent parfois des villages,

non pas pour trouver une lotion capillaire chez le coiffeur du coin,

mais en quête d'une nourriture facile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 10 Juillet à 09h46 : Nous avions prévu d'aller jusqu' à TARFAYA, sur les traces du Petit Prince, nous avons poursuivi jusquà Dakhla et la frontière Mauritanienne. Nous n'aurions pas pu aller au-delà, le visa pour la Mauritanie est obtenu depuis peu à Rabat. Nous avons profité de la fraîcheur Atlantique, nous avons dormi sous la couette jusqu'à Dakhla, pays de vent et de sable. Nous commençons notre remontée, nous allons affronter une canicule, 52° celsius du côté de Tata!!! Des images de tout cela prochainement dans le blog des artistes, des poètes et des voyageurs :  IFNI, le fascinant Oued DRAA, le souvenir de Saint-Ex dans les sables du CAP JUBY, et la canicule de TATA : de ce côté-là de l'Atlas, nous avons marché sur la Lune...

 

 

 

Posté par chiloedream20 à 00:01
12 juillet 2010

FRAICHEUR ET CANICULE

 

 

 

 

De la fraîcheur tout au long de la côte atlantique, de la bruine à Sidi-Ifni et à Tan-Tan, nous avons dormi sous la couette jusqu'à Dakhla, pays de sable et de vent... Au-delà, la Mauritanie n'était pas inscrite à notre voyage, mais il faut savoir que depuis peu les visas sont délivrés à Rabat uniquement. Demi-tour pour nous à Dakhla après 6203 kms de routes diverses à travers la France, l'Espagne, le Portugal et le Maroc. Nous remontons jusqu'à Guelmin (Goulimine), la route est souvent droite, le paysage désertique, parfois monotone. Attention aux camions et aux autocars. Il faut doubler ou croiser avec la plus grande prudence, l'un des deux véhicules devant mordre dans le bas-côté. Quelques pistes descendent jusqu'à la mer, parfois vers des petits paradis... Des haltes reposantes avec le souffle frais du plus bel océan du monde... A Guelmin, cap à l'Est, nous abandonnons le bel océan pour rencontrer une bonne canicule, du côté de Tata (52° celsius). Oasis, désert, parfois l'impression de marcher sur la lune. Trop chaud pour s'enfourner dans un cyber, et vous envoyer des images, même si on vous aime beaucoup. Mais des images, nous en avons à moisson et à foison, c'est notre petit trésor de voyage, nous sommes comme des enfants au pied de leur sapin de juillet... Vous aurez votre part, chers blog-trotteurs fidèles, chers poètes, chers artistes, et chers voyageurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abderhaman, mauritanien, berger du désert marocain, ne se sépare jamais de son transistor, pour vibrer avec le Ghana, dernier représentant de l'Afrique au Mondial.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le désert, c'est encore plus fabuleux lorsqu'il longe le plus bel océan du monde.

ThierryKarine

*****

*

Posté par chiloedream20 à 00:12
14 juillet 2010

14 JUILLET 1915

*****

Entre SIDI IFNI et DAKHLA, la route étire ses lignes droites entre désert et océan. Des petites traverses courent jusqu'à la plage vers des endroits de paradis. Nous nous étions promis de ne pas quitter le Maroc sans avoir pris un poisson à la ligne. Dès notre première tentative, avec une canne préparée par François tout spécialement pour pêcher le sandre sur le lac SALAGOU, un peu petite pour lancer derrière les rouleaux, avec une arapète comme appât, faute de sardine ou de vers, le captain a capturé ce joli loup truité. Nous l'avons relâché illico, petit loup truité deviendra grand, et nous l'avons dédié à mon père André, immense pêcheur à la ligne devant l'éternel, qui a enseigné cet art au captain, pour qui le noeud d'hameçon n'a plus le moindre secret depuis plus d'un demi-siècle. Merci Papa, et bon 95 ans au paradis des pêcheurs à la ligne.

ThierryKarine

*****

*

Posté par chiloedream20 à 00:21
15 juillet 2010

SIDI IFNI

*****

Il fait gris lorsque nous arrivons à SIDI IFNI.

Les balais d'essuie-glaces décollent une eau ocrée du pare-brise.

Il y a trois campings à SIDI IFNI, qui ont profité de la basse saison pour faire des travaux. Dans l'un d'eux, un camping-car français est bloqué par un chantier d'adduction d'eau, les deux autres sont vides, et sous la bruine, ils ne nous donnent pas envie d'y passer la nuit. Nous préférons prendre la petite route côtière au sud de la ville, 60 kilomètres entre djebel et océan, avec une végétation qui pourrait nous rappeler le bush australien. Au bout  de la soixantaine de kilomètres, un pont endommagé pour franchir l'oued NOUN. Au-delà, le goudron se transforme en piste, vers PLAGE BLANCHE. Nous passons la nuit dans un village fantôme à l'embouchure de l'Oued NOUN, devant la maison d'un gardien pêcheur de sars, de loups et de corbines à l'occasion, neuves malgré tout, laissant la Plage Blanche à quelques très rares 4X4 qui viennent troubler la virginité du sable...

Au-delà du pont, le goudron se transforme en piste, nous avons dormi au bord de l'Océan, avec la chanson sourde des vagues qui roulent des jolis galets millénaires charriés par l'Oued NOUN. C'est là que nous avons reçu ces petites roses-pivoine cueillies dans un jardin d'Oka. La fleur d'IFNI est pour vous, chers Michel et Lucie.

ThierryKarine

*****

*

Posté par chiloedream20 à 00:23

LES GALETS DE L' OUED NOUN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous allez vous perdre un jour à l'embouchure de l'oued Noun,

vous ne trouverez pas grand chose à part l'essence de la nature.

Vous verrez les ruines d'un projet immobilier à peine sorti de la terre rouge

comme un sacrilège dans ce lieu de virginité.

Vous rencontrerez peut-être Saïd, qui pêche le sar et le loup au bambou.

Saïd est un "nanti" : sur sa cabane de tôles, un ami français lui a installé

un panneau solaire qui alimente un petit congélateur

dans lequel sont stockées ses prises en attendant le passage

rare et irrégulier du mareyeur dans son vieux 4X4 Toyota.

D'autres 4X4 viennent troubler régulièrement la virginité de Plage Blanche toute proche.

Une plage ne devrait jamais être souillée par le passage inutile de véhicules à moteur.

Une plage, c'est la rencontre entre la terre et l'océan.

Elle doit se savourer à pied.

Elle doit rester dédiée exclusivement à la nature...

Quant à nous, passants d'un jour, venus contempler ces espaces presque vierges,

restons discrets, respectons ces lieux uniques et rares.

Attachons-nous à les aimer davantage et à les faire aimer...

 

 

Merci à l'océan d'avoir peuplé notre nuit du chant des vagues,

merci à l'oued NOUN d'avoir charrié les galets millénaires jusqu'au sable de la plage...

 

Page suivante :  ~~ CAP JUBY ~~

 

 

 

 

Posté par chiloedream20 à 00:26